BOIS AU POT - ELAGAGE
  FORET DE QUESTIONS
 


FORET DE QUESTIONS


ARBRES DE MEDITERRANNEE :
 

Observatoire de la Forêt Méditerranéenne
 
  Centre Régional de la Propriété Forestière Provence Alpes Côte d'Azur
 
Un site dédié aux arbres de la forêt Méditerranéenne.
COUPER UN ARBRE :

Couper un arbre représente-t-il un risque pour sa santé?

Tous les tissus vivants d'un arbre en santé sont protégés par une écorce protectrice. Lors d'une coupure, les tissus sont exposés et l'arbre devient vulnérable aux maladies. Pour minimiser l'exposition des surfaces vivantes et favoriser la guérison de l'arbre, la façon dont la coupure est accomplie est très importante. Les risques de maladies (propagées par l'air) sont saisonniers; le respect du bon moment d'intervention va donc aussi contribuer à prévenir toute forme d'infection. Un arbre en santé coupé de la bonne façon peut complètement se rétablir et récupérer de petites lésions.

GRANDE VALEUR DE CONSERVATION :

Qu'est-ce qu'une "grande valeur de conservation" en termes d'arbres?

Lorsque les abeilles et les oiseaux bénéficient des arbres, nous en profitons aussi indirectement. Un arbre à grande valeur de conservation est un arbre qui supporte la vie du monde des insectes, des oiseaux et des mammifères. En général, un arbre ne peut atteindre une grande valeur de conservation avant d'avoir une certaine maturité. Quel que soit l'âge, certaines espèces ne peuvent toutefois pas offrir de grande valeur de conservation, par exemple, le bouleau, le saule et le peuplier. Les espèces qui contribuent le plus aux chaînes alimentaires sont les espèces indigènes ayant une durée de vie plus longue, telles que le chêne, le chataîgner et l'if.

HOUPPIER :

Si le houppier de l'arbre est coupé, va-t-il produire de nouvelles pousses?

La capacité d'un arbre de générer de nouvelles pousses à partir d'un houppier coupé dépend de l'espèce, la situation, l'âge et la vigueur de l'arbre. En ne considé

Si le houppier de l'arbre est coupé, va-t-il produire de nouvelles pousses?

La capacité d'un arbre de générer de nouvelles pousses à partir d'un houppier coupé dépend de l'espèce, la situation, l'âge et la vigueur de l'arbre. En ne considérant pas les trois derniers facteurs, de jeunes pousses peuvent apparaître sur n'importe quelle souche coupée de saule, de peuplier et de platane, tandis que ce type de croissance sera plus difficile chez le chêne, le charme et l'hêtre. La plupart des connifères quant à eux sont incapables de se regénérer à partir d'un houppier coupé. Si une souche coupée ne peut pas soutenir une branche ou une brindille vivante, elle mourra ou favorisera le développement d'une maladie chez l'arbre. Pour une meilleure guérison de l'arbre, peu importe l'endroit où les coupures sont faites, elle doivent être effectuées tout de suite après un membre vivant.

rant pas les trois derniers facteurs, de jeunes pousses peuvent apparaître sur n'importe quelle souche coupée de saule, de peuplier et de platane, tandis que ce type de croissance sera plus difficile chez le chêne, le charme et l'hêtre. La plupart des connifères quant à eux sont incapables de se regénérer à partir d'un houppier coupé. Si une souche coupée ne peut pas soutenir une branche ou une brindille vivante, elle mourra ou favorisera le développement d'une maladie chez l'arbre. Pour une meilleure guérison de l'arbre, peu importe l'endroit où les coupures sont faites, elle doivent être effectuées tout de suite après un membre vivant.

LIERRE :

Est-ce que la lierre est mauvaise pour un arbre?

La lierre a deux phases de croissance distinctes. Dans la première, elle gagne en hauteur tout en restant compacte; dans la deuxième, elle produit un feuillage épais. Différent du gui, la lierre n'utilise pas directement la sève de l'arbre pour sa croissance, mais se sert plutôt de son hôte comme support mécanique. Un arbre en santé ne sera pas affecté négativement par la présence d'une lierre; sa valeur de conservation en sera même considérablement augmentée. À un certain âge néanmoins, la lierre va augmenter la pression du vent à laquelle l'arbre est soumis (surtout lors de sa deuxième phase de croissance), ce qui accroît la possibilité de bris et de chute lors de tempêtes. En tant qu'espèce aux feuilles persistantes, la lierre peut créer de l'ombrage indésirable durant l'hiver lorsque les feuilles du feuillus sont autrement absentes. Finalement, la lierre peut obscurcir l'accès visuel qui permettrait d'identifier un problème de pourriture dans le tronc ou dans une branche.

PEUPLIER :  1 - Quel est le moment idéal pour tailler un peuplier?  à quelle hauteur ?
Tailles de formation

Pendant une période qui va de l'année suivant la plantation à celle ou le diamètre de l'arbre atteindra 12 cm au niveau des branches les plus basses, en principe, on ne devrait pas élaguer. L'arbre qui peut atteindre une hauteur de 11 à 13 mètres a besoin de toutes ses branches pour maintenir une croissance soutenue. Seule quelques pousses ou gourmands à la base du pied sur une hauteur de 2 m seraient éventuellement à supprimer.

Cependant, comme c'est la période ou l'arbre élabore son fût que l'on veut rectiligne, régulier et non fourchu, il est souvent indispensable d'intervenir sur certains cultivars comme le I 214 ou le Triplo, qui ont tendance à fourcher et à développer des grosses branches.

La taille de formation des cimes pour tous les cultivars sera faite en hiver ou au début du printemps, avant le départ de la végétation dès la deuxième année, c'est l'époque la plus favorable pour les tailles car en été les feuilles cachent les rameaux et le choix des branches à couper est difficile.

Pendant les premières années (3 ans), ce travail peut se faire à partir du sol avec des sécateurs emmanchés du type échenilloir.
Élagages

En fonction de la croissance des peupliers, on commencera à élaguer vers la 3 ème ou la 5 ème année. Comme nous l'avons vu l'élagage a pour but de produire du bois sans nœuds apte au déroulage. L'idéal serait de couper chaque année les branches jusqu'au niveau ou le diamètre du fut atteint 12 cm. Dans la pratique, on élaguera tous les deux ans en supprimant au maximum deux couronnes de branches à la fois. (on notera qu'en culture intensive, élaguer tous les ans cela coûte moins cher).

Cette opération doit être progressive et modérée. On voit encore trop souvent des peupliers qui après un élagage vigoureux, ressemblent à des plumeaux et qui réagissent l'année suivante en formant de nombreux gourmands. Plus on monte l'élagage, plus il est coûteux et moins il est rentable. Il peut se faire à partir du sol jusqu'à une hauteur de 6 m environ avec des scies emmanchées. Au-dessus, on utilise une échelle ou une nacelle. En aucun cas, on doit grimper aux arbres en se servant des griffes d'élagueur qui tarent le bois. L'élagage sera effectué jusqu'à une hauteur maximum de 7 / 8 m. La période la plus favorable pour réaliser ce travail se situe du 15 juillet au 15 septembre (pour une bonne cicatrisation).

Comme pour les tailles de formation, lors des élagages, les branches doivent être coupées au ras du tronc. Un élagage avec maintien de chicots est à proscrire parce que les chicots forment des nœuds noirs encore plus préjudiciables à la qualité du bois que les nœuds formés par des branches vivantes.
En fonction de la croissance des peupliers, on commencera à élaguer vers la 3 ème ou la 5 ème année. Comme nous l'avons vu l'élagage a pour but de produire du bois sans nœuds apte au déroulage. L'idéal serait de couper chaque année les branches jusqu'au niveau ou le diamètre du fut atteint 12 cm. Dans la pratique, on élaguera tous les deux ans en supprimant au maximum deux couronnes de branches à la fois. (on notera qu'en culture intensive, élaguer tous les ans cela coûte moins cher).

Cette opération doit être progressive et modérée. On voit encore trop souvent des peupliers qui après un élagage vigoureux, ressemblent à des plumeaux et qui réagissent l'année suivante en formant de nombreux gourmands. Plus on monte l'élagage, plus il est coûteux et moins il est rentable. Il peut se faire à partir du sol jusqu'à une hauteur de 6 m environ avec des scies emmanchées. Au-dessus, on utilise une échelle ou une nacelle. En aucun cas, on doit grimper aux arbres en se servant des griffes d'élagueur qui tarent le bois. L'élagage sera effectué jusqu'à une hauteur maximum de 7 / 8 m. La période la plus favorable pour réaliser ce travail se situe du 15 juillet au 15 septembre (pour une bonne cicatrisation).

Comme pour les tailles de formation, lors des élagages, les branches doivent être coupées au ras du tronc. Un élagage avec maintien de chicots est à proscrire parce que les chicots forment des nœuds noirs encore plus préjudiciables à la qualité du bois que les nœuds formés par des branches vivantes.

Site dédié au peuliers : http://www.peupliersdefrance.org/index.html
   
   











Dernière mise à jour de la page : 19 janvier 2009

 
  Nombre de visiteurs à ce jour : 68260 visiteurs- Merci à vous.
Création le 30 octobre 2008 - Copyright "Boisaupot Elagage 2008", tous droits réservés - Reproduction interdite (voir règlement fr.gd) - Dernière mise à jour du site : le 30 janvier 2009 -
Earl BOIS AU POT - Lieu dit Bois au Pot - 18310 GRACAY FRANCE - tél/fax : 02-48-51-40-27 - Portable : 06-81-84-83-98 -
 
 
WL Rank Référencement gratuit - Référencement spécialisé annuaire internet annuaire Tondeuse Ce site web a été créé gratuitement avec Ma-page.fr. Tu veux aussi ton propre site web ?
S'inscrire gratuitement